SIPHON ELEVATEUR LEMICHEL

l'Association Saint-Pons Patrimoine est à la recherche de toutes documentations et renseignements sur le siphon élévateur Lemichel.

Nous possédons deux siphons et recherchons des pièces pour la remise en état (voir Pont-Roux).

contact

FONCTIONNEMENT D'UN SIPHON ELEVATEUR

Voici la copie d'un article de revue LA NATURE datée de mai 1892 N~989. - 14~ MAI 1892. LA NATURE.

Page 369/370

Chacun connaît le bélier hydraulique et les services qu'il rend à la campagne pour l'élévation des eaux servant à l'agriculture, au jardinage, au service intérieur des villas, etc. Il semblait difficile de faire plus simple et plus rustique, et cependant le problème a été résolu d'une façon fort élégants par le siphon élévateur de M. Lemichel dont on a pu voir fonctionner un modèle au Concours agricole tenu en février dernier au Palais de l'industrie à Paris Le siphon élévateur présente sur le bélier l'avantage de dispenser dans bien des cas, d'une longue canalisation encombrante et de n'occuper qu'une faible surface, comme on peut le voir sur la figure 1 montrant l'appareil montée au Palais de l'industrie. Par contre, la hauteur à laquelle il est possible d'élever les eaux est limitée pratiquement par la pression atmosphérique et ne saurait dépasser 9 à 10 mètres, mais il est rare que l'on ait besoin, dans les applications, d'élever l'eau à de plus grandes hauteurs. Comme son nom l'indique, l'appareil est fondé sur le principe même du siphon et pourrait être défini comme un siphon à fuite supérieure Les figures 2 et 3 qui le représentent d'ensemble et en coupe permettent d'en saisir facilement le mode de fonctionnement Le siphon élévateur se compose de deux tubes verticaux ou colonnes A et II (fig.2), d'une boite de distribution B et d'un régulateur C. A l'intérieur De La boîte B se trouve un clapet C qui se meut autour d'un 'axe horizontal, et à la partie supérieure une soupape D maintenue sur son siège par un ressort à boudin Un levier agit sur le clapet pour le ramener en arrière et supporte dans ce sens, l'action d'un contrepoids Ces organes très sensible, ne demandent presque aucune entretient pour assurer leur fonctionnement . Les autres organes en petit nombre d'ailleurs, ne servent qu'au réglage. Toutefois, avant de décrire leur fonctionnement, nous croyons utile de donner quelques explications sur le rôle du régulateur, auquel on a donné le nom de poumon, par analogie avec la fonction qu'il remplit. Il est formé d'un tambour venu de fonte et de deux plaques métalliques ondulées, de 2 millimètres d'épaisseur environ. Ce sont elles qui, par leurs vibrations, entretiennent le mouvement de l'eau et empêchent le siphon de se désamorcer. Considérons maintenant le siphon une première fois amorcé en le remplissant d'eau par l'orifice K (fig.3.) et cet orifice fermé par sa vis bouchon Dès l'instant où les deux colonnes sont remplies il fonctionne comme un siphon ordinaire L'eau prise à sa source, puits ou rivière, subissant l'action de la pression atmosphérique monte dans la colonne A, traverse la boite B (fig. 2), le régulateur G, et s'écoule par la colonne descendante II; dans ce mouvement, elle rencontre le clapet C (fig. 3), l'entraîne et le ferme. Ne trouvant plus d'issue, elle soulève, en raison de sa puissance vive, la soupape D et sort par l'orifice de cette soupape Pendant ce temps, la colonne Il s'est partiellement vidée : de ce fait il se produit une dépression dans le poumon G, dont les membranes se rapprochent . Mais aussi, la pression exercée sur la face de droite du clapet C a diminué; ce clapet, ramené en arrière par le levier, s'ouvre, et l'eau, trouvant alors un passage dans le régulateur G, y pénètre de nouveau. Pendant cette aspiration les membranes ont repris leur position première et la même série de phénomènes recommence, de telle sorte que les pulsations d'une régularité parfaite, dont la fréquence varie entre 150 et 400 par minute, suivant les hauteurs produisent un jet continu et un écoulement constant. Deux robinets placés l'un sur la colonne montante l'autre sur la colonne descendante, permettent d'arrêter l'appareil et de le remettre en fonction à volonté. Le siphon est rempli une fois pour toutes à l'aide d'un orifice disposé en K que l'on referme une fois le siphon rempli. L'appareil représenté figure 1 élevait l'eau à 4 mètres de hauteur avec une chute de 1m,80 il pouvait ainsi élever 60 mètres cubes environ par vingt-quatre heures, le volume élevé étant égal au tiers de celui écoulé dans le bief supérieur. Ces chiffres font ressortir le rendement du siphon élévateur un eau montée à 4/3.1,8 =0,74 soit soixante-quatorze pour cent, ce qui est remarquable pour un appareil d'aussi faible puissance((3 kilogrammètres par seconde). La simplicité du siphon élévateur fonctionnant d'une façon continue sans soin, sans surveillance et presque sans entretien, lui vaudra de nombreuses applications dans les exploitations agricoles et une grande faveur auprès des amateurs, chaque jour plus nombreux, de villégiature. X..., ingénieur.

http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.38/373/100/536/0005/0420